Quand les médias mentent …

14 nov
2011

par omission cela donne un son de cloche unique largement relayé par toute la presse, les radios et les chaînes de la télévision métropolitaine. Le sujet est suffisamment complexe pour que j’aie pu penser ne pas m’y arrêter mais lorsque la coupe est pleine, il faut le dire et la coupe …

est pleine. Il me paraît on ne peut plus normal qu’une promotion cinématographique se fasse à la sortie d’un film mais dans le cas du film de Mathieu Kassovitz, il en est trop fait. Bien trop!

Les médias n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’elles auront agi de la même manière avec le film « Indigènes » de Rachid Bouchareb qui, lui au moins, se sentait directement concerné par les évènements qu’il relatait alors. Cependant il y a au moins deux différences flagrantes à soulever. La première, et non la moindre, « Indigènes » est un film historique qui ne fait qu’un constat de ce qu’a pu être la noire période de la seconde guerre mondiale. La deuxième c’est que le film est sorti en 2006 soit 60 ans après les évènements qui y sont décrits. Les pages ont eu le temps d’être lues, relues voire corrigées et digérées.

Dans le film de Mathieu Kassovitz, acteur et réalisateur de gauche qui le revendique, le son de cloche n’est que celui de Philippe Legorjus, ex-commandant du GIGN et l’interprétation qui en est faite par le réalisateur. En fait, il faut tout de même savoir que tout le battage fait autour du film arrange bien Monsieur Legorjus -il est civil désormais- et lui permet de faire les unes de presse avec la sortie de son livre « la République et la morale ». Ce qui n’est pas dit c’est que le premier ouvrage est sorti en 1990 sous le titre « la Morale et l’Action » et n’a pas plus défrayé la chronique que cela.

Monsieur Legorjus s’il peut désormais s’affranchir des classifications d’Etat que sont les « Secret-Défense » « Confidentiel-Défense » et autres qu’il a dû respecter tout au long de sa carrière, ne fait aujourd’hui que profiter d’un grand coup de publicité fait autour d’un film inspiré, selon le réalisateur, du livre de l’ex-commandant du GIG. Même si l’on peut considérer qu’il ne fait que profiter d’un système, il est bon de rappeler aux médias que leur travail est de chercher -de temps en temps- la vérité vraie et non se contenter de faire du scoop à tout-va. La recherche de la vérité aurait voulu l’envoi ici en Nouvelle-Calédonie de quelques  »envoyés spéciaux » qui se seraient fait plaisir en barbotant dans les eaux chaudes calédoniennes et parfois en interrogeant ceux, de tous bords, qui ont vécu et qui ont survécu à la période trouble des évènements.

Histoire de se faire leur opinion et non de se laisser manipuler par un bon orateur -Mathieu- et par un homme auréolé de l’image que les médias ont du GIG.-Philippe. A qui je dis ici qu’il n’est ni de la trempe de Prouteau ni de celle de Barril.

Le Commandant Legorjus ne connait et n’a connu de la Calédonie que ce qu’il y a vécu en « intervention » et ce que ceux qu’il devait servir lui ont dit. Qu’il ait eu des états d’âme après les évènements et la prise d’otages d’Ouvéa est une chose. Qu’il se fasse aujourd’hui gloriole de ce qu’il pense désormais est contraire à tout état de militaire même à la retraite. Il a servi en tout état de cause. Et il s’est servi de cet état. Pourquoi ne révèle-t-il pas au cours des longues interviews qui lui permettent de s’exprimer qu’il aurait -au conditionnel- même été question de napalmer la grotte? Mythe ou réalité, allez savoir! Pourquoi ne révèle-t-il pas aussi que lorsque cette hypothèse aurait été envisagée certains responsables politiques auraient considéré que le gendarmes otages ne servaient que leur Pays? Là encore mythe ou réalité?

Les seuls à connaître la vérité sont ceux qui l’ont vécue. Mais également ceux qui savent que rien n’a débuté en 88!

Il me semble évident également que l’on oublie un peu trop facilement de dire que c’est alors la Gauche qui était au pouvoir!! Cette Gauche qui ne s’enorgueillit pas de la sortie du film et qui courageusement n’en parle pas alors même que certains journalistes l’ont interrogée à ce sujet. Et l’on pourra me dire que le Gouvernement était de Droite -cohabitation oblige- le Président reste le seul et dernier à donner son accord en tout ce qui est fait au nom de l’Etat. Cette même Gauche qui est le modèle de ceux qui prônent l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Il faut parfois replacer les choses dans leur contexte. Il ne faut tout de même pas oublier que l’Opération Victor a reçu l’assentiment du Président Mitterrand!

Lorsque Mathieu Kassovitz parle d’assassinat des preneurs d’otages et de la mort des soldats du 11ème Choc il oublie de dire que les preneurs d’otages se sont placés hors la Loi. Lorsque Philippe Logorjus mentionne, chez Laurent Ruquier(émission « on n’est pas couché »), qu’il n’a pas compris cette intervention « militaire » il oublie de dire qu’il pouvait démissionner plutôt que nous servir le couplet du » si je ne l’avais pas fait, un autre l’aurait fait à ma place ».

On mentionne rarement la raison d’Etat et il faut reconnaître que dans ce cas de figure il s’agissait d’échéances Présidentielles. D’un côté, il y avait ceux qui voulait la place du calife, considérant qu’une action d’éclat leur offrirait la voix du peuple, de l’autre le calife desireux d’être reconduit se disant qu’une telle action ne pouvait qu’ôter toute crédibilité à ses opposants. Pour la Gauche au Pouvoir et la Droite qui souhaitait l’être, la Politique politicienne valait largement la vie de quelques hommes perdus au fin fond de la brousse calédonienne. D’autant qu’en Métropole la population découvrait qu’il existait une île française à 20000 kilomètres de leur quotidien.

La télévision a menti a laissant dire et en disant que le film ne serait pas diffusé en Nouvelle-Calédonie (Journal de France 3 du 14 nov). D’abord parce qu’il a été diffusé en avant-première il y a déjà quinze jours, ensuite parce que le film sera bientot sur les écrans en Calédonie à en croire les propres mots de Mathieu Kassovitz sur RTL.(selon le site Calédosphère)

Pour en terminer avec le sujet, j’ajouterai simplement que lorsque des gendarmes -qui sont des militaires- interviennent au Liban, en Yougoslavie, ou tout autre terrain opérationnel, ils le font en leur qualité de militaires obéissant aux ordres donnés. Il en est ainsi dans tous les Pays du monde!

Enfin, j’attends de voir le film même si je ne me fais aucune illusion quant à son vrai contenu – Les prochaine élections présidentielles sont proches- ne nous leurrons pas et n’allons surtout pas croire que la date de sortie est dûe au hasard. Tout le monde a le droit de regarder son Histoire en face et de la juger si nécessaire mais il faut que cette Histoire soit vraie…pour tous! Et pour cela, il faut bien souvent du temps!

Enfin pour ceux qui aimeraient connaître d’autres sons de cloche et en savoir plus sur la « réelle » action de Monsieur Legorjus pendant l’assaut de la grotte, je conseille d’aller faire un tour sur le site GIGN.ORG- rencontre avec Michel LEFEVRE.

Commentaire

top