La guerre des Miss…

12 mai
2010

Va au-delà du simple buzz ou du simple fait médiatique. Elle est l’exemple même de cette mondialisation télévisuelle qui nous formate en douceur depuis des années. Sous couvert d’élections de jeunes filles et d’une soirée de prestige, c’est en fait une véritable….

démonstration de ce que peut faire la télévision et ceux qui la dirigent. Derrière cette guerre ouverte, il y a de l’argent et encore de l’argent. Endémol n’est qu’une machine de guerre et un ogre qui se fiche de connaître l’avis des uns et des autres à l’image même de ce que sont devenues les plus grosses entreprises de la planète. N’intéresse Endemol que ce qui peut rapporter de l’argent et rien d’autre. Geneviève de Fonteany a le courage et le cran de s’opposer à une société qui non contente de piétiner des décennies de travail, ne cherche qu’à obtenir des parts de marché plus importantes encore dans le domaine télévisuel français.  Endémol est une holding internationale présente partout dans le monde. Son seul but est d’obtenir un maximum d’audience de la part d’ un  public de plus en plus large et donc de nombreux annonceurs.

Lorsqu’Endemol répond à Geneviève de Fontenay que l’apparition de Kelly Bochenko -ex-Miss Paris- dans la Ferme Célébrités n’est pas de leur fait mais de celui d’une société autonome qui appartient cependant à Endemol, c’est ce que l’on appelle vulgairement du foutage de gueule.

Le plus malheureux dans cette histoire, c’est la lamentable attitude de celles et ceux qui ont toujours suivi Geneviève de Fontenay et qui sont désormais tentés de suivre Endemol. Ils n’ont pas compris qu’ils ne seront toujours que des pions dont Endemol saura se débarrasser pour mettre à terme des personnes appartenant à la société. Endemol est largement en mesure de  leur faire croire qu’ils sont indispensables et n’hésitera pas en ce cas à les instrumentalisés. Les programmes proposés par Endemol sont loin de mettre en avant les valeurs que défend Geneviève de Fontenay.

A titre d’exemple, lorsque Endemol a recherché des créatifs en 2003 pour de nouveaux concepts et de nouvelles émissions, il était bien précisé que c’était dans le but de les « former ». En clair, les utiliser et faire en sorte qu’ils ressemblent à ce qu’Endemol voulait qu’ils soient. Auquel cas, il n’y aucun intérêt à être un créatif!

La télévision d’Endemol se sert avant de servir le télespectateur. Lorsque ceux qui sont attirés par le chant des sirènes l’auront compris, il sera peut-être temps pour cette télévision là, de redevenir ce pour quoi elle a été créée: Être au service du téléspectateur et non l’inverse.

Commentaire

top