Mais qui parle encore le français au Parti Socialiste?

1 fév
2010

Cela fait maintenant plusieurs jours que le P.S, au lieu de s’atteler aux Régionales, tant à sa direction ils sont certains de colorer la France en rose, que la polémique est reine pour ce qui concerne ce que l’on appelle désormais l’Affaire « Georges Frêche »…

Pourtant sans vouloir prendre parti, il est évident que l’expression à la source de cette polémique est une expression on ne peut plus française. Alors pourquoi en avoir fait tout un fromage?

On peut se dire qu’à l’approche des Régionales il vaut mieux ne froisser aucune communauté de ce Pays. Il est préférable sans doute de prendre les devants et ne pas attendre que la communauté juive monte au créneau pour dénoncer les propos de Georges Frêche. Juste histoire de bien montrer que l’on a tout compris et que ce Monsieur tient effectivement des propos outrageants.

Laurent Fabius, rappelons-le ancien Premier Ministre et à l’occasion candidat au jeu « la tête et les jambes » pour ceux qui s’en souviennent ,a été suffisamment intelligent pour ne rien déclarer ou si peu dans son entourage. Non, depuis belle lurette, la Mère Tatcher du Parti socialiste veut la tête de Georges Frêche. Elle ne supporte pas les initiatives, elle ne conçoit pas que son parti puisse ne pas dépendre que d’elle. A l’observer, il s’agit là de ce que l’on appelle communément de « l’autoritarisme ». Pour le Parti Socialiste une telle attitude à de quoi surprendre.

Qu’un Parti soit hiérarchisé, il n’ y a rien de plus normal mais que la 1ère dame du P.S veuille mettre au pas l’ensemble des électeurs d’une région, c’est grotesque. Qui plus est vouloir faire alliance pour présenter une candidate non prévue jusqu’aux propos de Georges Frêche tient soit de la bêtise soit de la méconnaissacne des électeurs. Madame Aubry fait bien  peu de cas des membres fidèles du P.S dans la région de Monsieur Frêche.

Il existe comme dans tous partis politiques un règlement. Qu’il soit appliqué tout simplement. Et que Georges frêche soit sommé de s’expliquer devant les instances du directoire du Parti. Après il sera temps d’envisager autre chose.

Je le répète: L’expression « ne pas avoir une tête catholique » est purement française. A moins que pour Madame Aubry la France soit musulmane ou orthodoxe, nos expressions sont encore les nôtres. Il faudrait peut-être se remettre à apprendre le Français!

 

Commentaire

top