Il y a des albums dont on se passerait…

14 jan
2010

bien volontiers. Le dernier de Garou fait hélas partie de ceux-là. Mais qu’a donc voulu faire cet artiste que l’on reconnait les yeux fermés rien qu’en l »écoutant chanter? Quel mouche l’a piqué?

C’est à n’y rien comprendre. Garou se vautre et devrait se prendre une taule avec cet album qui ne le grandit pas. Certes, on peut être une star et penser que n’importe quelle soupe plaira au plus grand nombre. Certes d’autres avant lui s’y sont essayé. Mais là, en ce cas, on frise le crime de lèse majesté pour chacun et chacune des artistes repris sur cet album. Pas un des titres ne sauve les autres. De « I love Paris » au célèbre « Champs-Elysées » aucune des reprises n’est à la hauteur de ce que l’on pouvait espérer de Garou. Quant au « gentleman cambrioleur » cher à Dutronc, c’est un véritable massacre. Même Georges Descrières doit regretter d’avoir si bien interprété à l’écran ce gentleman cambrioleur s’il écoute la chanson.

La photo et le livret ne suffisent pas à donner un plus à cet album qui ne glorifiera pas l’artiste. Garou qui visiblement tente ici de donner un air jazzy à des titres et des chansons qui ne méritaient pas çà. A moins que l’artiste ne soit en manque d’inspiration et que sa maison de disque ne souhaite pas qu’il tombe dans l’oubli?! Mais sur ce coup-là, ce serait plutôt le desservir. Un album que seuls les inconditionnels de Garou se procureront mais qu’ils ne passeront certainement pas en boucle.

J’attendrai avec impatience son passage chez Laurent Ruquier, ne serait-ce que pour entendre l’avis des deux Eric. M’est avis, quant à moi, qu’ils n’encenseront pas Garou.

Commentaire

top