Pauvre « lonesome cow-boy »…

21 oct
2009

Photo DRLe film était attendu au tournant et les critiques n’ont pas manqué. Il ya bien sûr d’un côté les inconditionnels de Jean Dujardin et de l’autre les fans de la BD. Ce ne sont visiblement pas les mêmes…

On surfe sur la notoriété de Jean Dujardin. Mais à priori, on est loin de OSS 117 et Brice de Nice est aux oubliettes.

Dès la bande-annonce, on pouvait déjà imaginer sans peine que le film ferait polémique. Il est toujours difficile de porter une BD à l’écran. Hormis quelques rares talents, ceux qui s’y sont risqués nous ont laissés sur notre faim. Ce n’est pas parce que « Astérix et Obélix » a fait un carton que toutes les BD en font autant.

Jean Dujardin, excellent acteur au demeurant, n’est pas crédible. Il n’est guère ressemblant et si ce n’est son sourire en coin, qui peut encore faire des ravages auprès de la gente féminine, il n’arrive pas à être quelqu’un d’autre que Jean Dujardin. Il n’est pas Lucky Luke et cela se voit. L’humour est souvent au ras des pâquerettes et le scénario un peu lourdaud. On fait dans le  gag téléphoné et c’est bien dommage. A son époque, Terence Hill avait été plus convaincant.

Le film peut tout de même plaire à condition de ne pas attendre une retranscription absolue de la bande dessinée. Lucky Luke reste sympa et Jean Dujardin fidèle à lui-même et ce malgré un rôle parfois à la limite du surjoué. Mais peut-être était- ce voulu par son réalisateur James Huth? Des autres acteurs, il y a peu de choses à dire. Mickaël Youn fait ce qu’il sait faire et Alexandra Lamy est toujours aussi craquante. Sylvie Testud reste belle et Daniel Prevost est toujours aussi cabotin. Mais c’est peut-être  Jolly Jumper, la monture du « lonesome cow-boy », qui est la plus attachante.

Alors, comme le dit la chanson, chacun fera ce qui lui plaît. Mais il ya d’autres films à l’affiche et râter un film qui ne fera pas date dans l’Histoire du cinéma n’a jamais tué personne.

Commentaire

top