Le Bingo ne gêne personne…

24 août
2009

Et cependant, il est récurrent que l’on s’y intéresse. Quand je dis « on », je pense bien sûr à des gens bien intentionnés qui, forts de savoir ce qui est bien ou mal, s’en inquiètent régulièrement. Il y a trente ans, je jouais déjà au bingo, qu’aujourd’hui on appelle sauvage, au pied d’une tour de Magenta. Plus tard, j’y jouais encore, toujours au pied d’une tour,  de Saint-Quentin. Le Bingo fait partie de la culture des gens d’ici. Une fois encore, on soulève le problème. Mais de quel problème s’agit-il? D’un rassemblement pacifique et festif? De gens qui se retrouvent entre eux sans qu’il y ait de bagarres dûes à l’alcool? D’adultes qui cherchent simplement à se faire plaisir? Ou bien plutôt du manque à gagner pour certains qui ont déjà tout et tant. Pour ceux-là même qui préfèrent voir s’étaler de belles et longues queues devant leurs établissements pour changer une fois de plus de voitures, hésitant entre le dernier cabriolet et le nouveau 4×4 d’une marque allemande?

Le Bingo est un jeu, c’est sans appel, c’est vrai et je ne me risquerai pas à essayer de faire croire le contraire. Pourtant j’ai envie, en lisant la presse, j’ai envie de demander si un jour un journaliste d’investigation ira traîner ses guêtres du côté de certaines demeures où se jouent plusieurs parties de Poker, qui à mon humble avis est aussi un jeu. Là où personne ne dit rien et où pourtant s’échangent parfois quelques salaires dont la hauteur ferait bondir n’importe quel smicard.

Soyons sérieux, il y a d’autres problèmes plus important que le Bingo dit « sauvage ». Pour moi, le bingo fait partie de la Culture. Alors laissons le vivre. Simplement. Sans que personne ne demande rien à personne.

Commentaire

top